mardi 19 août 2008

L'après

On en connaît bien des après,
Des après-guerre où tout chantait,
Des baby-booms où tout sourit,
Faisant l'amour l'après-midi...
Après l'amour, la cigarette,
Après manger, la cigarette,
Café, vin rouge et ronds d'fumée,
Sur des balcons ensoleillés.
Des après-skis pour les enfants,
Bonhomm' de neige et noëls blancs,
Tous ces moments qu'on apprécie,
Dans les chaleurs d'après-minuits.
Mais l'après-match, quand on le joue,
Là, on se dit bien après coup,
Que peu importait après tout,
C'est bien le déluge après nous.
Vient alors le temps des afters,
Celui qui nous couche à pas d'heure,
L'après-rasage à ces réveils,
C'est pas du lait après-soleil.
On se croit la raison vivante,
Sortie du service après-vente,
Mais hors-délai, après la course,
On cherche encor l'cordon d'la bourse...
Et puis tant pis si le tort tue,
Puisqu'à la fin se substitue,
A des passés décomposeurs,
Un futur simple et ravageur.
Mais l'âme comme le temps change,
Et de voir passer les mésanges,
Quand l’une, un jour, vient se poser,
La lumière en est transformée.
C'est la loi de l'infinité,
Des jours qui passent, poids qu'on tait,
Mais de guerr' lasse il faut songer
A laisser place à la gaîté !

1 commentaire:

Julie a dit…

Un petit nouveau! =D

Je ne sais pas pourquoi, tout en reconnaissant la "patte" de l'artiste, celui-ci me semble différent... Moins léger que la Martingale, moins évident que la Fée-line et ses chats-mots... Enfin, c'est comme ça que je le ressens!

Peut-être un côté nostalgique, plus grave?

Je me perds dans mon commentaire...
Pour faire plus court: j'aime beaucoup!